Présentation

Laurent Dufour / Elduf, Création Artechnique

Artiste Plasticien, ‘Structeur’ de Tenségrités
Artisan Créateur de lampes décoratives


Démarche(s)

Mon travail s’oriente selon deux axes et trois thèmes :


Les Tenségrités :

Créer du volume avec un minimum de matière est ma motivation première :
Mes Tenségrités me permettent d’approcher cet objectif.

Intriguer en donnant l’impression de lévitation, questionner nos perceptions de la mécanique, de l’équilibre, du poids sont mes aspirations suivantes.

Et parce que je suis un rêveur, jouer avec les formes, les matières, les ombres et les reflets me permet je l’espère de vous faire voyager
et de vous entraîner doucement vers des pensées qui vous feront oublier la technique, destinée à s’effacer.


L’illusion se cache dans cette étrange impression de lévitation.


Les lampes décoratives :

En guise de récréaction, je m’amuse aussi à la re-création, en offrant une deuxième vie à des objets qui n’en n’avaient plus,
pour en faire des Lam-vres (Lampes-Livres) et pour vous proposer mes Détournements d’objets.

  • Les Lam-vres : Donner une deuxième vie aux vieux livres oubliés, même au prix de les réduire au statut de chose dénuée de sens, c’est rendre hommage à la fois à l’objet, à son contenu et à nos aînés qui se sont alimentés de cette lecture.
  • Les Détournements d’objets : le résultat importe moins que la démarche et la démarche consiste à imaginer ce que fût la vie de ces objets et à rêver des regards qui se poseront sur eux dans de nouveaux espaces et avec une seconde vocation.


Sur ces deux axes et dans ces trois thèmes,
les techniques et les motivations sont différentes,
mais le rêve reste leur guide.

Univers créatifs décoration design et vintage
Tenségrités
Lampes-Livres
Détournements d’objets

Biographie.

Laurent Dufour (Elduf) est né en 1964 à Lyon et il a attendu le début de l’année 2019 pour donner une chance à sa vocation artistique.

Auparavant il a travaillé plus de trente ans dans différents services Recherche & Développement et Avance de Phase d’une entreprise industrielle.

Autodidacte, il a appris en faisant, à la manière des apprentis, et comme il le dit lui-même ses missions professionnelles ont souvent été :
« Faire des choses que je ne savais pas faire ».
Son attrait pour l’inconnu, son goût pour la technique et les sciences (en particulier la physique), lui ont permis d’acquérir des savoir-faire, des compétences et une expérience qui l’ont conduit, en fin de sa carrière industrielle, à encadrer une équipe de chercheurs orientée vers l’optimisation multi-physique de dispositifs techniques.

Sa définition du système optimal est la suivante : « C’est un système qui ne fournit pas forcément toutes les meilleures performances, le plus faible encombrement, la plus faible masse ou le plus faible coût, mais qui satisfait durablement l’ensemble des objectifs et des contraintes, en recherchant l’équilibre le plus judicieux possible entre les différentes physiques et en ne sacrifiant aucun critère au bénéfice d’un autre ».

Cette définition, que Laurent Dufour a forgée pour son usage et qu’il cherche à atteindre dans la conception de produits techniques, s’applique également, selon lui, à nos organisations, à notre modèle sociétal, à nos relations humaines et familiales.

L’équilibre des rapports de force et de coopération entre les différents acteurs d’un processus est essentiel à la réussite du processus.

L’équilibre entre les objectifs court terme et les besoins long terme devenant de plus en plus difficile à maintenir dans ses missions de recherche, Laurent Dufour a décidé de quitter son emploi au début de l’année 2019 pour exercer ses passions dans un autre domaine.

Il a en effet trouvé un nouveau terrain d’expression qui lui permet de mettre à profit son goût resté intact pour l’inconnu, la technique, le calcul et l’innovation, de satisfaire son besoin de créer et de proposer, tout en lui permettant d’illustrer sa conception du système optimal ou de l’organisation optimale.

Les structures de tenségrité sont ainsi un héritage de son passé technique qui lui a permis de développer sa démarche de recherche, un ancrage profond dans le présent qui porte l’énergie créative et une projection vers un avenir idéal dans lequel l’optimum global, l’intérêt commun, le groupe et la coopération seraient plus importants que la performance individuelle, le confort personnel, l’Ego et la compétition.

La forme stable et durable de ses structures n’existe que grâce à l’équilibre atteint entre les contraintes, les interactions, les coopérations, les caractéristiques intrinsèques de chaque élément et les liens qui les unissent :
Selon Laurent Dufour, la forme stable et durable de notre modèle sociétal et environnemental pourrait s’en inspirer.

C’est aussi parce que notre monde consomme beaucoup et jette trop que, sur un terrain plus artisanal, Laurent Dufour détourne de vieux livres et objets de la vie courante afin de les réintégrer dans notre quotidien.
Il exprime ainsi sa gêne et son embarras de voir le jetable envahir nos achats, se destinant à polluer nos mers et nos campagnes, et il offre un sursis à des objets qui n’avaient plus d’avenir, leur donnant une deuxième vie et une fonctionnalité nouvelle, sans pour autant laisser leur histoire s’effacer.

Les relations qu’il construit entre la Technique, l’Art, l’Artisanat ainsi que la recherche d’un équilibre collaboratif, dépouillé et durable, le font se sentir proche du Bauhaus.
Toutefois, il pense ne pas avoir le niveau ni la culture artistique, pour se revendiquer d’un héritage ou d’une inspiration qui proviendrait de ce mouvement créatif.

Partant de la Technique et de la Physique, Elduf / Laurent Dufour, souhaite nous conduire vers l’Esthétique, puis vers une réflexion plus profonde au sujet de notre Monde.